Guitare électrique « Homemade » – Avis et retour d'expérience

Par @Quack1 dans le
Tags : #DIY, #Guitare, #Lutherie, #I Make,
Partagez cet article! ~ Google+ ~ ~ Linkedin ~ Mail
Flattr this

En fin de compte, après 5 articles et des dizaines d'heures à travailler, est ce que se fabriquer soi-même sa guitare électrique est une bonne idée ?

Assurément, oui !

Si on a des outils, de la place, du temps, et surtout que l'on aime travailler le bois et se fabriquer ses propres instruments, oui, c'est une très bonne expérience.

On choisi exactement la guitare que l'on souhaite avoir, on peut la travailler à notre manière et surtout, on a la satisfaction une fois terminée de l'avoir réalisée entièrement soi-même.

Par contre, cela implique également de faire très attention à deux points. La patience dans le travail et le respect des finitions. Comme tout travail de menuiserie, et même encore plus, la lutherie demande du temps, de la patience, le respect des matériaux, mais surtout de faire très attention aux finitions.

Tout ce qui sera réalisé sur la guitare, l'attention qui sera apportée à chacune des étapes et le temps passé sur chaque petit détail vont influer sur la qualité, sur la facilité de jeu et sur la justesse de l'instrument.

 

J'avais fait pas mal d'erreurs lors de la conception et la fabrication de ma guitare, je pense que c'est donc important de vous les expliquer pour que vous ne fassiez pas les mêmes. Et en plus, ça va lancer un autre projet donc je parlerais ici :)

 

Ma guitare était conçue sur un type Gibson Les Paul Junior (avec un micro humbucker, 1 volume, 1 tonalité), mais avec un manche — beaucoup — plus grand que la moyenne pour avoir plus d'accès aux aigus. Le diapason1 de la guitare mesure 77cm, contre 62 ou 65cm sur une Les Paul. Même comparé à ma guitare actuelle, c'est plus de 10cm de plus.

Ce qui dans la théorie me semblait bien s'est finalement avéré être un mauvais choix. Un tel diapason c'est beaucoup trop grand pour une guitare. La distance entre les premières frettes dépasse les 4 centimètres, ce qui rend très compliqué le jeu avec des accords.

Ensuite, le poids de la guitare est rapidement devenu un problème. Je m'étais basé sur des dimensions que j'avais glanné ici et là sur Internet, et j'étais arrivé à une guitare qui avait un corps d'environ 5cm d'épaisseur. C'est ce que l'on trouve à peu près sur des guitares typées Les Paul dans les magasins, sauf qu'une différence majeure existe entre ma guitare et celles du commerce : les essences de bois utilisées.

J'ai utilisé des types de bois assez durs et, surtout, lourds. Le poids final de la guitare s'en est donc ressenti. Plus de 5 kilos, c'est très (trop) lourd.

 

Enfin, les derniers gros problèmes sont apparus à cause d'erreurs personnelles lors de la fabrication, et surtout pendant les finitions. Pour faire simple, j'étais tellement pressé de pouvoir finir, monter et jouer cette guitare que je ne suis pas allé jusqu'au bout des finitions dont je vous ai tant parlé.

D'abord, les problèmes sont apparus sur le manche. Réalisé en frêne, un bois très dur, il a été très difficile de pouvoir le travailler convenablement. Résultat, le manche n'était pas assez arrondi (il était même presque carré à certains endroits 😕 ). J'avais difficilement réussi à arrondir grossièrement les bords pour en faire quelque chose d'utilisable, mais ce n'était pas digne d'un vrai instrument.

Ensuite, je n'avais pas réalisé le radius de la touche. Ce n'est pas très génant pour le jeu, mais avec un manche trop épais (comme celui que j'avais) ce n'est quand même pas top. Enfin, les bouts des frettes n'étaient pas non plus assez limés. Encore une fois, ça peut passer, sauf quand on enchaîne rapidement des accords sur le manche. Là, ça accroche un peu sur les doigts.

 

Pour finir, il manquait également plusieurs étapes de poncage, sur le tour du corps, le manche, et entre mes différentes couches de peinture. J'aurais aussi pu choisir une peinture un peu plus classe et faire ça mieux qu'avec de la peinture en bombe.

Et alors, on fait quoi avec tout ça ?

Je me suis rendu compte après quelques temps, en prenant un peu de recul, qu'effectivement j'avais manqué de beaucoup de patience sur ce projet. J'étais — très — pressé d'avancer et de finir, je n'avais pas forcément des outils assez costauds et je lâchais vite les étapes sur lesquelles je butais au lieu de passer du temps dessus. Typiquement, façonner le manche convenablement se fait facilement une fois qu'on s'y met à fond.

Je reconnais que j'aurais dû y passer plus de temps, ne pas me presser et faire les choses bien (mieux), mais j'étais « jeune et fougueux » (ou en tous cas, beaucoup moins patient qu'aujourd'hui) et c'est pour ça que la qualité finale du projet en a pâti.

 

Au fil de mes déménagements successifs à cause de mes études sup', je n'ai pas trop joué sur cette guitare et elle a donc commencé à prendre la poussière dans ma chambre sur son stand.

Jusqu'à ce que le projet me revienne à l'esprit dernièrement et qu'une nouvelle idée m'arrive en tête.

Si cette guitare est trop grande pour en faire une guitare, pourquoi ne pas en faire une basse ?

Me remettre à bosser dessus pourrait me permettre de finir tout ce qui restait à faire dessus, notamment les finitions, et je pourrais donc en faire un instrument qui serait beaucoup plus jouable en la transformant en basse.

L'idée était donc lancée, j'ai commencé à travailler dessus (voir les photos de mon Twitter), mais chut, c'est un autre sujet et je vous en parlerais bientôt ~:)


  1. Le diapason d'une guitare est la longueur de corde « à vide », c'est à dire la distance entre le sillet de tête (la frette 0) et le chevalet. 

Cet article est libre et diffusé sous une licence Creative Commons CC-BY-NC. Vous pouvez rémunérer son auteur en utilisant le système Flattr :
Flattr this

Comments !